•  

    article d'Iloa

    Selon les informations collectées durant mes recherches, il est plus facile de faire traduire son livre dès l’instant où celui a connu les succès dans son pays d’origine. Décider de se lancer sur le marché des droits étrangers, c’est soit accepter de vendre ses droits de traduction pour une durée limitée, soit toujours en autoédition.

    Si vous optez pour la première solution, vendre vos droits numériques à des éditeurs locaux , américains, anglais, allemands, brésiliens, etc., c’est eux qui assureront la traduction, l’impression et la commercialisation des deux formats du livre dans leurs pays respectifs. Seulement, si votre ouvrage atteint les 100 000 exemplaires vendus en France, alors vous n'aurez pas besoin de beaucoup d'efforts pour vendre les droits de traduction. Vous serez alors décharger de cette part non négligeable du travail de diffusion à l’étranger.

    Si vous optez pour la seconde solution, vous devrez vendre votre ouvrage par vos propres moyens. Vous pouvez, par exemple, vous engager dans des campagnes de communication via Twitter et Facebook et propose chez Amazon et Barnes & Noble vos ebooks.
    Ce fut une stratégie payante pour Barbara Freethy, auteur autoéditée à succès en France qui a vendu 1,6 million d'exemplaires de livres numériques, au point de renouer avec la liste des meilleures établie par le New York Times, avec The Sweetest Thing, vendu 2,99 $ et publié en 1999 par l'éditeur Avon. Et si ses livres numériques sont disponibles chez tous les ebookstores, les principales ventes passent par Amazon et Barnes & Noble. Ce qui peut s’avérer une stratégie gagnante pour vous si ne vous n’hésitez pas à vous impliquer pour faire connaître votre livre.

    Ainsi, la traduction dans une langue étrangère peut-être synonyme, à juste titre, de succès et de gros droits d'auteurs.

    Enfin, si vous optez pour une traduction supervisée par vos soins en engageant un traducteur, c’est aussi une alternative possible. Dans certains cas, pour s'assurer que la traduction est aussi précise que possible, prenez un second traducteur. Pour trouver un traducteur en langue étrangère, vous pouvez passer par Elance (https://www.elance.com/) ou Ali Baba (http://www.alibaba.com/), qui est une plate-forme internationale.
    Cependant, n’ayant jamais testée, je vous invite à faire votre propre expérience et à venir la relater dans les commentaires ci-dessous.

    Le marché mondial va se développer (rappelez-vous du succès de l’autoédition aux USA en 2009, où elle dépassait déjà l’édition traditionnelle, cf. premier article sur la diffusion) et rendre ses livres disponibles partout dans le monde, dans autant de langues qu'il sera possible, est un objectif parfaitement louable pour un auteur autoédité qui croit en ce qu’il écrit.


     

     


    7 commentaires
  • Les conseils pour faire ses livres brochés avec Amazon.

    Le Recteur

     La création de la table des matières automatique pour le livre électronique

    Khal

    Pour tous ces rensiegnements chaque associés peut les demander en écrivant à saisons.ecriture@yahoo.fr

     

     


    votre commentaire
  •  

    par Iloa le Dim 18 Aoû - 13:53

     

    Trois informations lues récemment sur Internet :

    Auteurs, avez-vous déjà songé à dédicacer vos ebooks ? :
    Dédicaces

    Naissance du premier festival des autoédités :

    Festival


    Pétition : les autoédités ne veulent plus rester en marge :
    Pétition

    Si vous aussi trouvez de bonnes informations, faites-en profiter tout le monde !

     

     

     


    votre commentaire
  • Amazon propose à tous ceux qui publient des livres chez eux une plate-forme "Auteurs" qui vous permet d'avoir une page en tant qu'auteur avec biographie, photo, vidéos, événements, bibliographies... Cela renforce votre image d'auteur "sérieux".
    Quand nous serons assez nombreux nous essaierons d'obtenir une page "Saisons d'écriture".
    Voici le lien


    votre commentaire
  • Article de Khal

    Ce qui suit est une vision de la marche à suivre. En fait, il s'agit de la manière américaine de géré un auteur.
    La France n'en ai pas encore là(elle y est presque), mais tout ce qui ce fait au USA arrive systématiquement dans l'hexagone, c'est indéniable.

    De nombreux conseils qui suivent m’ont été prodigués par Fred Godefroy, romancier et éditeur.

    Pour un auteur, l’outil indispensable est désormais le blog. Il est un très bon moyen de diffusion de l’information et de mettre en valeur votre statut d’auteur. En outre, il permettra d’afficher une image sérieuse de l’écrivain que vous êtes.
    Lorsque vous devenez auteur, vous vendez votre livre qui est un produit, mais vous devenez vous-mêmes un produit qu’il faut mettre en avant. Nombreux sont ceux qui détestent être traité de la sorte et pourtant les Français considèrent déjà les personnes publiques comme des produits. Bien sûr, une part de mystère est toujours très bonne, mais cela fonctionne quand l’auteur est reconnu. Le mystère d’un auteur inconnu, tout le monde s’en moque. Avec l’autoédition, il faut donc personnifier l’écrivain. Pour cela, vous devez écrire des articles sur votre façon d’écrire, sur votre inspiration, sur le thème que vous traitez.

    Dès qu’un article de presse vous mentionne (sortie roman, dédicace, association, salons…), vous le notez sur votre blog. Cet aspect peut sembler narcissique, mais il va surtout afficher une image sérieuse et reconnue aux yeux de tous.

    Le blog est la vitrine de l’auteur.

    Par contre, il convient de respecter certaines règle:


    Le blog doit être agréable visuellement


    La première erreur serait de conserver les modèles blogger, wordpress et autres. Vous êtes auteur et devez donc vous démarquer, vous n’êtes pas comme tout le monde. Pour cela, créez vous-même un fond et une bannière ou en-tête. Il existe plusieurs logiciels pour cela et l’association Saisons d’écriture est là pour vous aider dans cette démarche.

    Le design doit vous ressembler


    Si vous écrivez de la science-fiction, une couleur sombre marquera votre univers. Un mélange de noir et de bleuira bien. Pensez à vous renseigner sur la symbolique des couleurs. Chaque couleur renvoie à une émotion. Ne surchargez pas trop.
    L’idéal est que le design soit dans les mêmes tons que votre couverture de roman.

    Le lecteur doit savoir où il met les pieds

    Dès que l’internaute arrivera sur votre blog, il doit être guidé. Pour cela, notez votre nom en gros sur l’en-tête. Il y a un aspect d’hyper personnification de l’auteur(ça vient de Fred) à prendre en compte. Vous indiquez également le thème de votre blog, votre univers pour mettre dans l’ambiance.

    Les articles vous concernent et sont dans votre thème

    Il est important de ne pas se disperser. Les billets de blog doivent concerner vos livres, votre passion ou thème et votre statut d’autoédité. Ne vous perdez pas dans les photos de vacances de printemps à Cancun ou le plateau de fruits de mer à Perros-Guirec. C’est une image de marque que vous devez mettre en avant. Pensez-y à chaque fois que vous postez un message, car chacune de vos interventions pourraient vous faire perdre ou gagner un lecteur.

    Pas de police d’écriture blanche


    Même si c’est très beau, évitez les fonds de textes sombres et la police blanche. C’est fatiguant pour les yeux et de nombreuses personnes peinent à lire ainsi. Si votre blog est sombre, insérer un fond de texte dans le même ton, mais clair. Votre police pourra ainsi être noire et lisible.

    N’affichez pas trop de modules ou gadgets

    Les gadgets offerts par les plateformes de blog sont multiples et nous sommes rapidement tentés d’en ajouter encore et encore. Contentez vous des principaux pour ne pas perdre le lecteur. Il faut le moteur de recherche du blog, l’inscription au blog ou la possibilité de le suivre par mail et les libellés des articles. A mon avis, ces trois-là sont indispensables. Après, d’autres peuvent être rajoutés en fonction du thème choisi et de la mise en page du blog.

    Donnez la possibilité aux internautes de vous contacter


    Sur ce point, c’est à chacun de voir. Vous pouvez tout simplement discuter sur le blog, il est fait pour ça, ou alors insérer un formulaire de contact par mail.

    La biographie avec photo


    Elle permettra aux lecteurs de mieux vous connaître et les conforter dans l’image qu’ils avaient de vous. Certains n’aimeront pas forcément votre tête ou votre présentation, mais s’ils ont aimé votre livre ils ne le jetteront pas pour autant. Par contre, ceux qui apprécieront votre bio deviendront des lecteurs fidèles et seront la base de votre lectorat, ceux qui achèteront le prochain livre dès sa sortie.
    Ce dernier point est toutefois discutable, car il faut que votre personne colle à peu près au thème de vos écrits. On rentre dans le domaine très sensible des apparences dont beaucoup affirment (mentent) en pas tenir compte.


    Au final, un blog, ça se travaille.

    Comprenez bien qu'il ne s'agit pas de jouer les pantins en se pavanant partout, mais d'afficher une image sûr de soi qui ne courbe pas l'échine devant l'édition classique.
    L'autoédition part avec un handicap, celui de la communication, il faut donc pallier à ce manque.


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique